Une carte pour randonner

Une carte pour randonnerDepuis 2 ans, Rodrigues est présent au Salon de la randonnée, et y recueille un franc succès, à en juger par le nombre de personnes du 3ème âge que l’on croise, carte en main, sur les sentiers rodriguais. A vrai dire c'est un sujet d'étonnement pour nous qui fréquentons plein de recoins de cette île, sans jamais avoir besoin de nous orienter autrement qu'au soleil. Ne sommes nous pas venus chercher là un "Ailleurs" différent ? et loin de tout signe de civilisation urbaine ?

Internet à la Poste

Internet à la PosteLa Poste rodriguaise 2011, c’est, pour les voyageurs de passage qui s’y bousculent ….le dernier Salon où l’on cause ! – On peut y faire aussi des photocopies, et y acheter des cartes postales, aux images imuables ! Comme c’est pour le moment le seul lieu où l’on puisse espèrer avoir la connexion, ces deux Points Internet ont un véritable succès – Pour les résidents au long cours comme nous, il est aujourd’hui possible d’avoir à domicile une connexion internet par le wifi, ce qui est une vraie révolution .

Le marché déménage

Le marché déménageL’arrivée dans Port Mathurin avec son large pont récemment achevé, et sur la droite, les batiments tout neufs d’un marché de style mauricien donne de cette petite bourgade une image pimpante.
Mais ces pavillons demeurent, depuis plusieurs semaines, prisonniers de barrières de chantier – Pourtant une passerelle flambant neuve semble inciter le chaland à y pénétrer.
Bref tout semble prêt, sauf que… rien ne se passe ! Et pourkoi donc ? – Si on dresse l’oreille on peut capter une de ces rumeurs tenaces dont l’île a le secret… il s’agirait d’une distribution des alvéoles destinées aux marchands, qui serait mouvementée… donc, à suivre…..

Le nouvel A.T.R. “Ile aux aigrettes “

Le nouvel A.T.R. “Ile aux aigrettes“Oh qu’il est beau et tellement confortable ce nouvel A T R  72-500. C’est vraiment un appareil plus puissant, et à la décoration intérieure plus exotique, il apporte une plus grande flexibilité au trafic sur Rodrigues surtout dans les périodes de congés scolaires.Dans la cabine, calme plat, il ne se trémousse plus du tout. ! (mas oui ! ) – Détail humoristique : dans la décoration de la cabine l’accent a été mis sur le balisage lumineux des deux sorties de l’avion ! – Pour ma part, quand je viens d''attacher ma ceinture, je n'ai pas des masses envie d’évoquer l’idée de devoir, en plein vol, emprunter définitivement la sortie !

un nouveau “Mauritius Pride”

Voila une grande nouvelle. Il y a des lustres qu’on s’etait habitué à l’allure pachydermique du bateau bleu A l’heure des économies d’énergie, son sort  est fixé. Il va être remplacé par un navire de conception plus moderne. Ce sera l’occasion d’une fusion entre Mauritius Shipping Corporation et Coraline Ship Ltd, pour assurer une meilleure rentabilité, et des rotations plus coordonnées.

Quand on a eu la chance comme nous de voyager vers Maurice, à Noel dernier, on frémit à l’idée de voir disparaître, à l’étage des passagers de 1ere classe, une salle à manger où le passager est accueilli  avec force petits rideaux,, pompons et dorures du plus bel effet -On se croirait presque sur un mini Titanic………

Des Bus, des oeuvres d’art !

La “grand’messe rodriguaise hebdomadaire”, concélébrée dans le joyeux fouillis de produits locaux, est, hélas, menacée de disparition. L’édification actuelle de grands bâtiments à l’entrée de Port Mathurin, au bord du pont Winston Churchill permettra bientôt de ranger chaque marchand dans une alvéole, cassant ainsi l’atmosphère quasi intime actuelle. Ces locaux étant loués à chaque commerçant cela ne constituera t-il pas une discrimination?

Il suffit de passer le pont

En 2003, nous avions eu l’occasion d’emprunter le pont Winston Churchill, un pont avec une chaussée en piètre état.

A l’époque,  la sortie de la ville de Port Mathurin relevait du gymkana. Une improbable passerelle de métal, où l’on voyait bouillonner la marée du lagon entre les dalles disjointes accueillait des centaines de pas rapides ou traînant, et des ombrelles qui se bousculaient tout à loisir.

La circulation automobile, elle, était critique et dangereuse pour les piétons, agressés de toutes parts, tout autant que pour les chauffeurs qui devaient slalommer pour reussir à s’echapper de la ville.  Le passage des bus, souvent plus hauts que les cases, semaient la terreur. et semblaient vous charger.

Aujourd’hui, grâce à la largeur de la chaussée, il y a de la place pour que tous le monde cohabite paisiblement.

Le problème de l’eau, vu par des voyageurs, sur le retour

Le forum du site est une Agora, voulue par VIVR’ RODRIGUES comme une halte paisible, le temps d’échanger, le plus souvent au retour d’un séjour à Rodrigues, sur ce qui a été le plus frappant. 

Extrait de celui-ci, voici un échange entre voyageurs, et qui offre un grand intéret pour nous tous, les voyageurs = celui de l’EAU 

Un des freins du développement touristique de l’ile Rodrigues est celui du sous développement de son équipement en eau potable. Des sources existent mais qui ne sont pas exploitées de façon rationnelle.Le randonneur a pu remarquer au sol, à demi enfoui, des tuyaux qui sortent du talus et traversent le sentier pour aller desservir des cases. Ces tuyaux sont vulnérables, et leurs fuites fréquentes et mal colmatées.

 

 

 

TAURIER

Le problème de l’eau est essentiel, une usine de dessalement ne le résoudrait qu’en partie (l’eau de étalement est pauvre et impropre à l’arrosage des cultures), la seule solution est la construction de petits barrages ou retenues d’eau à des endroits propices, accompagné bien sur d’un réseau de distribution, tout ceci nécessite de l’argent.

 

 

PADDY de retour de 5 semaines à Rodrigues
Bonjour, je voudrais juste faire un commentaire sur un point de votre message :

Un désalinisateur produit de l’eau douce pure qu’on peut par définition comparer à de l’eau de pluie. Elle n’est certes pas chargée en particules d’origine minérale, animale ou végétale, mais elle n’est absolument pas « impropre à l’arrosage des cultures » (en fait, si elle n’est pas minéralisée artificiellement ensuite, elle est même plus adaptée à cet usage qu’à la consommation humaine).
Il est certain que des retenues collinaires sont beaucoup plus économiques, mais la pluviométrie à Rodrigues étant ce qu’elle est, les désalinisateurs sont à terme une très bonne solution, à condition de s’attaquer par la même occasion au problème de l’approvisionnement en énergie de l’ile : ils consomment énormément d’électricité !

 

TAURIER – Merci beaucoup pour vos commentaires.
En ce qui concerne l’arrosage par désalinisation, cette eau , qui apporte aux plantes leur besoin en eau (je m’étais mal exprimé) est effectivement très pauvre en éléments minéraux..
Mais elle a aussi un autre défaut, souvent incontournable: son prix de revient, jugé beaucoup trop élevé pour l’arrosage(enquête FAO): de l’ordre de 1,50 Dollars/M3.
Bien sur, si il n’y a pas d’autre solution (bien que je continue à penser que des micro-barrages puissent etre installés: problème de coût d’investissements bien sur),il faudra peut être en passer par là, mais là aussi, c’est encore un problème d’argent, sur cette ile si pauvre. Je pense que pour toute nouvelle construction, il faudrait imposer la solution des cuves de récupération d’eau de toiture, c’est ce qui existe dans le gite où je vais, et qui leur permet un arrosage régulier.
Rien ne peut se faire d’un coup de baguette magique, et dans notre monde, tout a un coût !

 

 

La promotion touristique intensive en Europe porte ses fruits

  

 l y a tout juste un an, le peuple rodriguais avait dû descendre dans la rue pour obtenir des subsides de Maurice pour sauver le tourisme en perte de vitesse. 

Cette démarche collective avait abouti à l’obtention d’un Special Stimulus Package qui devait permettre  aux mauriciens de venir avec des billets à prix réduits, séjourner à Rodrigues.

Nous avons fait le point avec notre ami AURELE :  

«  Effectivement, seuls ceux résidents a Maurice profitent de la baisse du billet  du 1er Aout 2009 jusqu’au 31 Déc. 2010.Cette mesure a eu des effets positifs sur le nombre d’arrivés a Rodrigues a partir de Septembre 2009. En 2009 le nombre de Mauriciens a chutée de 6.8%  mais par contre celui des Français a augmenté par 10.5% par rapport avec 2008. L’année 2009 terminait donc avec une baisse de 1.91%. En 2010, les quatre premiers mois sont positifs avec une moyenne d’augmentation de 23.93% ; 28.1% augmentation chez les Résidents de Maurice et 19.3% chez les Français.Bien sur que la crise est encore présente mais cette mesure a permis aux operateurs de respirer. Nous continuons a militer pour que les billets d’avions a destination de Rodrigues soient plus raisonnables et abordables.  D’ailleurs, nous travaillons en ce moment même sur des propositions firmes a soumettre aux autorités locales et nationales. Les autorités locales viennent sous mettre une demande au autorités nationale pour étendre la présente mesure au-delà de décembre 2010. Nous souhaitons a notre niveau un travail plus en profondeur visant a régulariser une fois pour toutes cette question du billet d’avion entre Maurice et Rodrigues et vice-versa en appliquant le concept d’extension territoriale.  » 

A suivre les évaluations que font les hébergeurs rodriguais, ceux ci se bougent pour améliorer leurs prestations, et envisager d’autres activités évènementielles : par exemple, la création du Grand Raid de Rodrigues sur un parcours nature de 30 à 35 km ou encore un festival des randonneurs à Rodrigues.

Les deux goulets d’étranglement qui ne sont pas encore résolus portent sur :

– la desserte aérienne peu satisfaisante-beaucoup de mécontentements chez les voyageurs,ce qui risque d’avoir des effets dissuasifs.

– L’extension envisagée de l’aéroport PLAINE CORAIL pour accueillir des avions gros porteurs

La prospective, à l’heure actuelle donnerait 100 000 voyageurs vers 2017

Ce pain doré qui vaut de l’or

Amis touristes, pour vous regaler, il y a du nouveau sous le ciel rodriguais.

Après le miel, le limon ou encore le piment, Rodrigues lance son pain d’épices au miel. Une soixantaine de Rodriguaises ont suivi des cours initiés par Les Moulins de la Concorde pour fabriquer ce délice.

De Rodrigues, le monde connaît le miel, le limon, le gingembre, le piment, ou encore la tourte aux cocos et ananas. Voila une autre corde à son arc culinaire : un pain d’épices au miel. Un pain d’épices artisanal unique en son genre que des Rodriguaises cherchent déjà à perfectionner afin de le rendre typiquement rodriguais. Chaque cuisinière penchée sur ses fourneaux cherche les ingrédients les plus pointus possibles : avec le miel, le limon, le gingembre et la farine de maïs de Rodrigues mélangés à de la farine blanche.

L’objectif de cette formation : pousser les rodriguaises à mettre en valeur les produits du terroir. Cette fabrication maison est d’autant plus facile à réaliser qu’on n’a pas besoin d’un four industriel pour fabriquer du pain d’épices, et il a l’avantage de rester frais plus d’un mois après la cuissonSavoir fabriquer c’est bien, mais son conditionnement est tout aussi important, tant pour la fraicheur du produit que son esthétique.