Une librairie culturelle à Port Mathurin

Une librairie culturelle à Port Mathurin
© Lisiane RoussetyPour les touristes qui, comme moi, associent vacances et cure de lecture, une libraire, vrai lieu culturel va ouvrir, c’est la grande nouveauté de Port Mathurin.

Quel bonheur ! Enfin pouvoir aller feuilleter et parcourir des ouvrages tranquillement, effleurer les titres qui sautent aux yeux, bref un endroit où l’on puisse échanger.

Cet accent mis sur le développement d’un pôle culturel qui s’annonce sera une petite révolution dans cette petite ville où, si les boutiques regorgent d’articles divers dans un joyeux entassement coloré, s’il y a bien un produit qui ne saute pas aux yeux quand on « fait les devantures » c’est le produit culturel !

Le Chercheur d'Or
© Lisiane Roussety

Ce nouveau lieu de vie se situe dans la nouvelle partie de la ville qui s’étend le long du lagon, sous les filaos, derrière la gare des bus, en un nouveau quartier : Baie Lascar, près du restaurant » la marmite des îles »

Cette surface de vente qu’ouvre la libraire Lisiane Roussety ( ex Bold Endeavour ) comporte dans son nom, comme elle l’a voulu, cette notion de soif de découverte qui anime tout acheteur

« LE CHERCHEUR D’OR «

La libraire offre deux niveaux – A l’étage s’implantera « DecoCulture » (abréviation de Développement et Ecologie par la Culture). Une Association avec un vrai projet culturel :

Au programme des événements culturels, des expositions, des conférences, des concerts et une bibliothèque riche en ouvrages de Littérature, Histoire, ainsi que de la Philosophie.

MAC DONALD FARLA


« Li ti telman kontan lamizik ki li ti anvi fer dekouver sa lemonn antye. »
La voix ensorcelante de l’accordéon diatonique de Mac Donald Farla s’est tue.
Pour Lucrèce Prosper (Tann Zel), Macdonald Farla en 1977 avait fondé, avec son frère Remy, le groupe Camaron afin de valoriser la musique traditionnelle de Rodrigues.
Décède en juillet dernier MACDONALD était à la fois chanteur, musicien, auteur et compositeur, et avait une cinquantaine de compositions à son actif notamment des kotis (scotish), les différents types de polka et de laval (valse). La plus connue étant Morisia. Son premier album en cassette a pour titre « Zistwar rodrig ».
Il a à son actif la création de plusieurs groupes et a participé à de nombreuses troupes dont Doyal Edouard, Bernardin Moutien, Vallen Pierre Louis et le groupe Eko Rod.

Le slam rodriguais

le slam rodriguais
“ Coste, coste, slam so so.
Pran zot slam, pran zot slam… ”

© JACQUES CHATELAINPour la fête de la musique 2012 de jeunes slameurs de la toute récente Académie du Slam sont descendus dans les rues de Port-Mathurin enthousiasmant le public dont la foule grossit à vue d’oeil autour d’eux.

Sans podium ni micro ils ont improvisé à pleine voix- ils disent, avec leurs mots rythmés et colorés, leur perception du monde qui les entourent- ils affichent là sous une forme poétique ce qu’ils ressentent de la société rodriguaise, le tout ponctué d’éclats de rire, les jeux de mots fusent, le public applaudit.

Cette libéation de la parole est un phénomène nouveau chez ces jeunes issus de familles où la pudeur domine dans l’éducation reçue- Par leurs mots lancés à la volée ils osent s’échapper hors des frontières que fait peser sur eux l’insularité de Rodrigues, pour joindre leurs voix à la clameur des jeunes slameurs du monde entier.

Une créativité sans limites

{youtube alt= »check your flashplayer »}hGxJZKTSbhw{/youtube}

 

 

 

Regardez cette vidéo attentivement, plusieurs fois.

Elle illustre parfaitement la puissante créativité qui vagabonde bien au delà des rives de la petite île Rodrigues.

Images filmées sur place, et rushs d’archives s’entremêlent pour faire monter la tension dramatique

Le thème :rendre hommage aux victimes des catastrophes naturelles du monde entier

Les vues évoquent à la fois les tsunamis, fréquents dans le nord de cet océan indien, les rouleaux puissant des côtes atlantiques ( Europe)

les cyclones de la region et autres images de catastrophes

Un montage souvent fait « avec des bouts de chandelles » des superpositions, des fondus, naifs, autant qu’efficaces, ne proviennent pas d’équipements sophistiqués mais la dramtisation est bien là, grace aux voix, soit charmeuses, soit syncopées celle d’un slameur.

Une médaille commémorative pour le Bicentenaire

 LA CONQUETE DE L’ILE RODRIGUES

PAR LES BRITANNIQUES 1809-2009 

Au début du 19e siècle, l’Océan Indien fut le théâtre d’une intense activité maritime tant au niveau économique que militaire. Et Rodrigues, la Cendrillon des Mascareignes, joua un rôle prépondérante dans la destinée de cette partie du monde.

Surtout en renforçant la suprématie maritime des britanniques ainsi confirmant le fameux slogan :« Rule Britannia, Britannia Rule the World »

L’Assemblée Régionale de Rodrigues avec d’autres partenaires ; le Haut Commissariat Britannique a Maurice, Le Groupe MM-10 de Philippe Lahausse de la Louvière et la Reserve de Tortues & de Grottes Francois Leguat organiseront une série d’activités pour commémorer ce bicentenaire.

Un monument commémoratif érigé a Anse Aux Anglais sera dévoilé le 5 aout 2009.

La Reserve de Tortues Francois Leguat présentera une médaille commémorative spécialement frappée pour marquer ce bicentenaire.Le souhait est que cette commémoration aidera Rodrigues à mieux faire connaître son histoire.  

Aurele A. Andre

Rencontre avec Luc Clair et ses comédiens

Fascinés par la personnalité de Luc Clair, nous lui avons donné rendez vous à l’orée du bois, et avons écouté avec bonheur des contes, des « blagues » et autres sirandannes, mis en espace par le grand corps si expressif. Regardez plutôt :



Nous avons pu rencontrer Luc Clair et ses comédiens au cours d’une répétition de leur pièce « kas pli ser » et apprécier leur enthousiasme.

Ils répétaient ce jour là, en vue d’aller jouer à MAURICE où ils se taillent toujours un franc succès.
Ce créneau artistique, où une pièce est écrite et montée, le plus souvent en fonction de l’actualité, ou parfois de faits divers locaux, est très appréciée du public rodriguais, qui s’identifie totalement à ce qui se passe, aussi n’est il pas rare que l’on pleure autant sur scène, que dans le parterre…

La troupe mauricienne « Komico », ou le comique engagé

Le théâtre connaît à Rodrigues, un développement notoire, et joue un rôle primordial pourfaire passer des messages engagés. Comme autrefois dans l’île les conflits sociaux se résolvaient par le chant (séga tambour) aujourd’hui c’est par l’humour que se traite les questions « chaudes ». La vie insulaire et sa promiscuité n’autorisent pas la haine entre voisins, aussi le théâtre sert il de soupape dans le règlement des comptes entre rodriguais.

Extrait de lexpress.mu (mars 2009) : « La troupe Komiko a enchanté le public rodriguais avec trois représentations dans l’île la semaine dernière. Miselaine Duval et compagnie ont fait un tabac au Rodrigues Collège vendredi. Samedi les artistes étaient à l’Espace Vert. Dimanche ils ont donné rendez-vous à leurs fans à Malabar. »

Pour cette représentations, ils ont fait appel à des artistes rodriguais, dont le chanteur Doyal Edouard.

A noter, le système d’amplification (digne de nos Demoiselles du téléphone) utilisé pour que les Voix portent jusqu’au flanc de la colline, où s’étale le public.

Un cœur fidèle

Christian Némorin est un internaute assidu sur notre site.

Son premier ouvrage sur Rodrigues « Mille petits quotidiens à l’île Rodrigues » (2006), figure en bonne place dans la documentation de notre Association franco/rodriguaise Vivr’ Rodrigues. 

Il vient d’offrir 5exemplaires de son deuxième livre : un roman intitulé « Une île inachevée (2008) à la bibliothèque municipale de Port Mathurin, pour la plus grande joie des lecteurs, et de son conservateur M. Mario Castel.

 Christian Némorin, qui a vécu toute sa jeunesse à Rodrigues, était déjà grand lecteur .Aussi s’est il imprègné  de cette simplicité rodriguaise  qui en fait tout le charme, et y a t‘il  pioché une partie de son inspiration. 

Pour les assidus de la bibliothèque, les ouvrages écrits en français comme celui ci rencontrent un franc succès. C’est pour étoffer son contenu que notre association fait appel aux voyageurs pour qu’ils pensent a offrir à ce lieu de culture un ou deux ouvrages en français, au cours de leur passage.