La protection de l’Environnement au quotidien

Depuis les élections régionales de février 2012 l’Assemblée Régionale rodriguaise a réussi à se doter d’une Commission à l’Environnement bien structurée. Le Commissaire Richard Payendee peut travailler en profondeur puisque sa fonction couvre à la fois le Tourisme, la Foret, la Pêche et le Parc Marin.

Il met toute son énergie à développer une communication participative, pour faire bouger les mentalités vis à vis de L’Environnement, pour tenter d’éradiquer les conduite frauduleuses, et pour inciter la population à acquérir des réflexes de sauvegarde.

Le plat rodriguais favori
Les ourites à la reproduction menacée
© JACQUES CHATELAINAussi, la journée mondiale de l’Environnement a t’elle fait à Rodrigues l’objet d’une manifestation spécifique. Les habitants des villages ayant été sollicités pour assurer la décoration des lieux, des nouvelles plantes endémiques ont été mises en terre. Dans toute l’île a été pratiquée une importante collecte de bouteilles en verre. Celles ci vont être re acheminées par bateau vers Maurice. Il en va de même pour les canettes en métal qui sont compactées sur place avant re expédition.

A partir du 13 août 2012 et jusqu’au 12 octobre la pêche aux ourites sera fermée pendant deux mois. La mesure vise à protéger cette espèce en voie de disparition, et à permettre le repeuplement des ourites. La période de fermeture de ce type de pêche coïncide avec le cycle reproductif des femelles qui ne se reproduisent qu’une fois dans leur vie. Un poulpe en âge de se reproduire peut pondre jusqu’à cinq cent mille oeufs.

Etre pêcheur est tellement, pour le rodriguais, quelque chose de physiologique, d’habituel et de vital que l’interdire, même partiellement, représente un traumatisme dont il faut tenir compte

La commission de la Pêche et de l’Environnement prévoit des mesures d’accompagnement pour les pêcheurs professionnels d’ourites. Cette décision touchera plus de 2 500 pêcheurs, dont 541 professionnels et quelque 2 000 amateurs. De 800 tonnes en 1994, les prises sont tombées, à ce jour, à 200 tonnes par an

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *